Lorsque j’ai su que la pièce Naissance de Karen Brody allait faire son grand retour, j’ai eu très envie d’écrire un article sur le sujet.

koalatété.com-naissance7

Mon accouchement est encore un sujet douloureux et j’ai toujours le cœur qui se serre lorsque j’y pense. Alors, c’est l’occasion pour moi de me replonger dans ces souvenirs intenses et quelque peu douloureux. Ecrire sur le sujet va me permettre de savoir où j’en suis aujourd’hui avec la naissance de ma fille, ce jour qui a bouleversé ma vie et fait de moi une mère inattendue mais aussi…une femme car avant ça, mon histoire ne m’avait pas encore appris à l’être.

koalatété.com-naissance4

Comme beaucoup de mamans d’aujourd’hui, malheureusement, j’ai eu la sensation de me faire voler mon accouchement… Malgré tout, je constate que cela reste un sujet tabou. Comme si nous n’avions pas le droit d’oser dire que ça s’est mal passé…

– Ah mais moi, tout va bien ! J’étais déjà debout le lendemain, bah oui tu comprends, on m’attend au travail ! Mon périnée même pas mal ! (il n’est absolument pas dans mes chaussettes !). Et ma sexualité ? Super, d’ailleurs quand le médecin m’a demandé au 1er rendez vous des suites couches si j’avais repris une activité sexuelle, j’ai répondu mais bien sûr 5 jrs après !

– Ah oui, sinon mon enfant fais déjà ses nuits, mange tout seul, sait presque marcher et dans quelques jours sera propre !

Non mais sans blague…!

J’ai assisté par hasard à une conversation, un jour de la bouche d’une maman, qui bavardait avec ma vielle voisine, alors que son bébé avait tout juste 1 semaine. Elle était là, à raconter à peu près tout ça, avec son joli bébé tout frais, dormant dans sa poussette. Elle, toute pomponnée, maquillée avec les cheveux tirés à quatre épingle !

Je peux vous dire que moi, après mon accouchement, j’étais à des milliers d’années lumières de ce genre de discours et pas vraiment très en forme. Et j’étais tellement déçue et apeurée…

Lors de mon accouchement, tout se passait très bien jusqu’à ce que… à un moment au cours du travail, le corps médical décida à ma place ce qui devait se passer. Et me fit clairement sentir que lui savait ce qu’il fallait faire et que moi pauvre femme, pourtant principale concernée, ne pouvait pas savoir et que je ne pourrais jamais accoucher seule… C’est donc à partir de ce moment que j’ai commencé à me déconnecter de mes sensations, de mon corps, de mes sentiments et perdre confiance en moi.

Pourtant, je pensais que j’étais bien informée ! Je voulais un accouchement physiologique, je m’étais préparée pour cela et j’avais choisi une clinique plutôt appropriée je croyais. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme je l’avais imaginé. Et comme, conditionnée depuis ma plus tendre enfance par mes parents, l’école, la société et bien je n’ai pas discuté! Il y des gens qui savent faire et les autres qui doivent laisser faire, je pensais… J’ai obéis comme un bon petit soldat car c’est ce qu’on m’a toujours appris.

Si j’avais su, j’aurais fait autrement… Sûrement et pourtant, je n’aime pas cette phrase, je ne regrette pas. Car c’est avec cette expérience, grâce à cette naissance que j’ai grandit, elle m’a rendue plus forte.

Mais il m’a fallut du temps pour faire le deuil de cet accouchement.

koalatété.com-naissance2

Je suis passée par plusieurs phases avant d’en arriver là. D’abord j’ai beaucoup pleuré, j’ai été triste et déçue, puis en colère et j’ai encore pleuré mais de rage cette fois, et maintenant, je me sens plus sereine.

J’ai été beaucoup en colère ! D’abord après le corps médical qui ne laisse pas le choix aux femmes de choisir, et nous considère comme des objets, des numéros parmi d’autres. Pourtant, il est question de vies!! Le choix de la péridurale ou non, la césarienne ou non, les positions de travail, pouvoir boire ou manger, bouger, accoucher dans des positions dites indécentes (debout, à quatre pattes)…

Puis, surtout j’ai été en colère contre toutes ces femmes qui avaient accouchées avant moi et qui ne m’avaient rien dit ! C’est parce que je ne savais pas, parce que j’étais mal informée, surtout parce que je n’avais pas eu de transmission orale. Parce que ma mère, mes tantes, mes sœurs, mes belles sœurs, ne m’ont pas dit, parce que l’accouchement reste tabou, on met un voile pudique dessus, c’est un peu sale… Et les femmes doivent montrer quelles sont fortes et c’est tout juste si on nous demande pas d’aller reprendre le travail dès le lendemain! des working girls !

Mais aujourd’hui, j’en veux un peu moins à toutes ces femmes, parce qu’elles n’ont plus ne savent pas, qu’on peut faire autrement. Si ma grand-mère avait vécue, peut-être que par elle, j’en aurais su un peu plus. Je regrette qu’on ait perdu cette transmission de femme à femme, car on a oublié que notre corps, lui sait et qu’on peut lui faire confiance… Mais heureusement, aujourd’hui on retrouve des femmes qui organisent des temps de parole entre femmes: se sont les tentes rouges. Je vous invite à découvrir ce magnifique site si vous ne le connaissez pas encore : « Tentes rouges »

Extrait du site Tentes Rouges: « Les femmes d’une communauté se retrouvaient alors au moment de leurs règles mais aussi à chaque grand événement féminin (puberté, mariage, grossesse, accouchement, ménopause, décès) et venaient le temps d’en discuter, de transmettre leurs expériences. »

koalatété.com-naissance1

Et en attendant de participer à une tente rouge je vous convie à aller voir la pièce Naissance de Karen Brody mise en scène par Virginie Sala.

La pièce est un trésor ! Car en écoutant ses femmes parler de leur accouchement, pour celles qui ont déjà accouché se sera un miroir qu’elles vous tendront, et pour celles qui n’ont pas encore d’enfants, se sera un moment riche en transmission. La pièce est un trésor pour toutes les femmes et jeunes femmes en devenir. La naissance fait partie de notre histoire, et je pense que l’on devrait pouvoir en parler le plus naturellement du monde, comme de la pluie et du beau temps. Nous mamans, nous avons une responsabilité envers la naissance de nos enfants ainsi que sur sa transmission. La pièce est à voir pour les futurs mamans et pour celles qui ont eu un accouchement amer, elles en sortiront, au moins je pense, un peu changées.

Au sujet de la pièce Naissance:

Naissance a été écrite par Karen Brody en 2004. Mère de famille américaine, elle a interviewé une centaine de femmes ( à la manière des Monologues du Vagin), qui lui ont inspirés la pièce. Elle est aussi cofondatrice du mouvement BOLD.

La pièce met en scène plusieurs femmes parlant de leur accouchement avec beaucoup d’humour, mais aussi de façon grinçante. Elle dénonce un corps médical déshumanisé, accompagnant la femme dans un moment où elle est si vulnérable.  Vous découvrirez des femmes qui parlent de leur choix, de leur peur, de leur déception, mais aussi de leur résignation.

koalatété.com-naissance6

Extrait des Editions-instant-présent « …met en scène huit femmes qui racontent l’histoire de leurs grossesses et leurs accouchements de façon à la fois drôle et émouvante. Depuis Amanda, qui a l’intime conviction que son « corps assure », en passant par Beth, la carriériste qui a besoin de tout contrôler puis, à l’opposé, Sandy, prête à se laisser totalement guider, jusqu’à Janet qui, malgré son penchant pour le naturel, en vient à souhaiter un accouchement médicalisé. »

Extrait du site Femmes sauvages« …D’abord, leurs croyances issues des représentations culturelles, sociétales et familiales. Ensuite leurs choix pour donner la vie selon leurs critères : la peur de la douleur, la conviction que le corps sait accoucher, la préservation de leur zone sexuelle, l’envie d’intimité… Enfin, la réalité de leur vécu : ce qu’elles ont dû subir, ce qu’elles ont cru pouvoir endurer, le pouvoir de décision qui leur était arraché.

Naissance est une pièce militante parce qu’elle sensibilise en levant le voile sur la réalité de l’accouchement en Occident. Les femmes ont-elles toutes les cartes pour choisir en conscience l’accueil de leur enfant ? L’accouchement médicalisé est-il si sécuritaire ? La douleur des contractions, effacée par la péridurale, est-elle la seule souffrance des femmes à considérer ? L’accouchement naturel ou à la maison est-il une lubie rétrograde ?

Montrer Naissance au public participe au mouvement international BOLD dont le but est d’améliorer les conditions d’accompagnement des femmes pendant la grossesse et l’accouchement pour qu’il soit plus humain, plus respectueux, plus intime, moins dirigiste, moins interventionniste. En donnant la parole aux femmes et aux professionnels (le texte original a été écrit à partir de témoignages et les représentations sont suivies de débats), il favorise une meilleure information des couples en vue de leur choix d’accouchement, médicalisé ou non. »

Qu’est-ce le Mouvement BOLD?

Extrait de site Accoucher librement:« …qui signifie hardi ou audacieux, est également l’acronyme pour Birth On Labour Day. Labour Day est aux Etats-Unis, l’équivalent de la Fête du Travail en France. On dit aussi d’une femme qui est sur le point d’accoucher qu’elle est « en travail ». Ce qui fait de « bold » un complexe jeu de mot assez difficile à traduire. Bold est un mouvement global dont le but est de rendre la prise en charge (médicale) de la grossesse, « mother-friendly » c’est-à-dire « amie des mamans ». En effet, bien souvent cette prise en charge est déshumanisée et ultra-médicalisée, ce qui a des conséquences très négatives sur le ressenti et le vécu des femmes.
Il s’agit donc d’informer les femmes et toute personne concernée et de les aider à agir en faveur de cette humanisation de la grossesse et de la naissance. Pour ce faire, plusieurs événements sont organisés à l’initiative de Bold un peu partout dans le monde. Les plus importants sont le spectacle « Birth » ou « Naissance » et les « Red Tents » ou « Tentes rouges ». »

A propos des comédiennes  Femmes Sauvages et de l’association: Emmanuelle, Eve, Lydia, Marie, Martha, Nicole et Paola

13006652_1578481489130645_4812078516836430336_nRebecca Young

Les comédiennes font partie de l’association : Femmes sauvages créée en 2009.  « ...afin de promouvoir un nouveau type de féminisme, que je qualifie volontiers d’écoféminisme ou féminisme holistique » explique Daliborka Milovanovic fondatrice de l’association.

« …nous avons créé il y a quelques années l’association Femmes Sauvages qui est prête à s’engager dans les initiatives qui offrent à toute femme l’occasion d’être connectée ou de se re-connecter à elle-même, à son environnement et son entourage. Permettre à chaque femme de trouver et expérimenter sa liberté pour sentir ce qui est bon pour elle, ce qui fait sens. »

C’est donc grâce à Daliborka Milovanovic que la pièce Birth a été importé en France.
http://femmessauvages.fr/la-piece-de-theatre-naissance/naissance-en-france/

« A cette époque, il y a eu une convergence d’idées et d’initiatives issues de réflexions sur la parentalité, les alternatives à la médecine moderne, l’accompagnement de l’enfant… Aujourd’hui, de plus en plus de personnes savent ce qu’est une doula, une tente rouge, un projet de naissance, une sage femme libérale, l’ocytocine, une baignoire de naissance, ainsi que les noms d’Ina May Gaskin ou Michel Odent. C’est un fait. Mais c’est encore une part infime des futurs parents et il y a énormément de travail à faire pour que tous soient correctement informés et que les femmes choisissent en conscience leur accouchement.

Quant à la remise en question et au positionnement du monde médical, c’est encore plus lent, trop lent, d’autant qu’ils sont en général les premiers interlocuteurs à transmettre l’information aux femmes. Si eux-mêmes ne reconnaissent pas les changements à mettre en oeuvre dans l’accompagnement des grossesses et des naissances, comment peuvent-ils inviter les femmes à mieux sentir et écouter ce qu’elles souhaitent ? »

 

A propos du metteur en scène Virginie Sala:

VirginieS_photo-230x300

La pièce est mise en scène en 2016 par Virginie Sala. Elle est également auteur, comédienne et metteur en scène. Femme aux multiples talents, elle est aussi graphiste indépendante aux Editions du petit oiseau. Virginie Sala a écrit la pièce Made in Femina dont la femme est également à l’honneur.

 

koalatété.com-naissance3

J’espère vous avoir donné envie d’aller voir la pièce, en tout cas, moi j’irai !

En attendant, allez visionnez l’extrait de la pièce naissance jouée au Québéc sur le site des tentes rouges.

Enfin Vous pouvez suivre Naissance aussi sur son facebook.

Maintenant le plus important… Les dates des Représentations 2016 :

le vendredi 13 mai 2016 à 20h à l’occasion des 13èmes Journées des Doulas à la Maison des Associations de Solidarité, 10-18 rue des Terres au Curé, 75013 Paris. Réservations http://doulas.info/journees/

les mercredi 8 juin et jeudi 9 juin à 20h au Théâtre du Temps, 9 rue de Morvan, 75011 Paris. Réservations au 06 03 72 89 12 ou par mail asso.femmes.sauvages(at)gmail.com

Les représentations seront suivies d’un débat avec des personnalités du monde de la naissance.

 

Encore un petit mot:

J’ai été très honorée de pouvoir écrire un article sur la pièce. Je suis admirative de ces « Femmes Sauvages » et de leur féminisme. La photo des comédiennes prise par Rebecca Young est vraiment superbe! On voit des femmes particulièrement épanouies dans leur féminité et c’est beau à voir.

Note sur les extraits: les textes que vous trouverez sur le site des Editions de l’instant présent ou sur le site Accoucher librement, sont ceux des sites des Femmes sauvages , anciens ou actuels.

7 Commentaires

  1. En temps qu’homme et père, je trouve votre article à la fois très touchant et très intéressant, soulevant des points auxquels je n’avais jamais vraiment pensé et bien sûr encore moins réfléchi. Je trouve votre expression « faire le deuil de mon accouchement » très violente mais la comprend puisqu’on vous a apparemment privé de ce qui devrait à mon sens être un des plus beaux moments d’une vie.
    Je dois reconnaitre que savoir que jamais je ne saurai ce qu’est porter un enfant et le mettre au monde est une frustration immense. J’ai bien évidemment assisté aux naissances de mes 3 enfants et essayé d’être le plus attentif et présent possible auprès de leur mère mais, même si je ne me suis pas senti trop inutile, contrairement à ce que d’autres pères m’avaient laissés entendre, j’ai tout de même eu un sentiment de profonde incapacité à partager pleinement ce moment avec ma femme. Et oui, pour les pères aussi une naissance est un réel bouleversement et ils ne s’y préparent jamais et en parlent encore moins entre-eux, sauf pour faire les malins, comme toujours, pudeur masculine oblige!
    Peut-être un jour écrira-ton une pièce sérieuse sur ce sujet? Ce jour là, j’espère pouvoir faire parti du casting! En attendant, j’irai évidemment voir « Naissance » et inviterai un maximum de monde à me suivre.

    Réponse
    • Je vous remercie pour votre commentaire. Je suis d’autant plus touchée que vous êtes un homme et papa! Mon compagnon a tenu un rôle crucial lors de mon accouchement: il était là, c’est tout, et pour moi c’était le plus important, car j’ai puisé en lui la force dont j’avais besoin, il était mes ressources. La présence du père lors de l’accouchement est assez récente, sa place reste encore difficile a trouver et malheureusement le corps médical le rejette même parfois. Pourtant, je pense que si la mère a besoin de la présence du père pour accoucher alors il me semble que votre place est toute aussi importante. Mais je pense aussi que chaque femme, chaque histoire est différente mais aussi chaque homme est unique et que l’on doit respecter le choix de la femme mais aussi celui de l’homme. Par exemple, ne pas assister à l’accouchement est tout aussi respectable que d’y être. Et je trouve dommage aussi qu’on ne laisse pas assez la parole aux pères! Mais on trouve de plus en plus de blogs de papa (merci à eux). Une pièce « Naissance » version homme, j’irais sûrement la voir!

      Réponse
  2. Merci pour cet article! Dommage que je le découvre que maintenant sinon je serai aller voir la pièce.
    Ça fait du bien d’entendre d’autre personnes dire que ça ne s’est pas passé comme prévu, on se sent moins seule. Faire le deuil de son accouchement, c’est exactement ça, je fais le miens. *
    J’avais aussi envie d’un accouchement physiologique, hélas, ça c’est fini en césarienne. J’avais pourtant choisi une maternité connu pour etre nature: Les lilas.
    Oui, c’est violent quand le corps médical décide pour nous et effectivement on se sent nul et incapable. Le personnel est débordé de travail et dois suivre des protocoles, bref les hôpitaux et maternités ne peuvent pas etre réellement physiologique malgré ce que raconte certains.
    Si en plus on ajoute un allaitement qui foire ça n’aide pas niveau estime de soi (même pas capable d’accoucher et de nourrir mon bébé, je suis une mauuuvaise mère!)… Enfin on fait le deuil et on apprend à devenir parent malgré tout ça et c’est quand même etre génial mais la prochaine fois, si je trouve une sage femme qui veux bien le tenter, on fera un accouchement à domicile!

    Réponse
    • Merci d’avoir partagé votre témoignage. Je suis désolée aussi que votre accouchement se soit mal passé. Et je comprends votre envie de faire un accouchement à domicile. Mais comme vous devez le savoir c’est de plus en plus difficile. Les maisons de naissance sont aussi une bonne alternative pour accoucher comme on le désir.
      La pièce a eu beaucoup de succès, on espère que l’association « Femmes sauvages » donne de nouvelles représentations. A suivre donc sur leur site dès la rentrée.

      Réponse
  3. It’s in reality a great and useful piece of info. I’m happy
    that you shared this helpful information with us. Please keep us informed like this.
    Thanks for sharing.

    Réponse
  4. Pretty nice post. I simply stumbled upon your blog and wanted to say that I’ve truly enjoyed browsing your weblog posts.
    After all I will be subscribing to your feed and I hope you write once more soon!

    Réponse
  5. I’m pretty pleased to uncover this page. I wanted to thank you for your time for this fantastic
    read!! I definitely liked every part of it and i also have you bookmarked to
    look at new stuff in your blog.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *