Lorsque je demande à mes amis comment se sont passées les fêtes de Noël, les réponses fréquentes reviennent :  » Oh ça va, franchement ça aurait pu être pire …!  »  Ou « Bof pas terrible !  »
Et vous c’était comment ?
Chaque année, à l’approche des fêtes de Noël, je sens de l’électricité dans l’air. Il y a sûrement plusieurs raisons à cela.        D’abord je pense que le manque de lumière nous fatigue, nous avons une tendance à déprimer beaucoup plus facilement. Ensuite, Noël nous impose de faire des choses que nous ne voulons pas faire, et ça, ça nous rend nerveux…

koalatété.com-apresnoel1

Et chaque année, je me dis pourquoi s’infliger ça ?

Aujourd’hui en tant qu’adulte, j’ai pris conscience de certaines choses. Le Noël de mon enfance s’est transformé. Il a perdu beaucoup de ses couleurs, et je me retrouve à courir après ce Noël magique mais cependant que je retrouve petit à petit grâce à ma fille. Et en tant que parent, je me demande que va-t-elle retenir plus tard, une fois adulte ?
J’aime Noël, mais en grandissant Noël avait pris un drôle de goût. Et puis, depuis la naissance de ma fille, j’attends à nouveau Noël avec impatience. Pourquoi ? parce qu’elle adore regarder les lumières de la ville à ce moment là : les fontaines décorées, les guirlandes au dessus de nos têtes sur les grandes avenues, les petits trains, les ours et les personnages animés dans les devantures de boutiques. Nous prenons le temps de nous promener alors qu’il fait nuit et cela nous réchauffe le cœur en cette période de l’année où la nuit tombe si vite. Nous prenons aussi beaucoup de plaisir à décorer l’arbre de Noël fait de branches trouvées dans la rue l’année dernière. Avec ses yeux émerveillés, on habille notre chez soi de guirlandes multicolores, on décore les vitres avec du blanc de meudon, nous écoutons et lisons des chants et des contes de Noël. On cuisine des sablés en forme d’étoiles…
Ces moments me rappellent les Noël de mon enfance, et à nouveau je me mets à rêver de partage et d’amour, à des moments ou mon insouciance était le maitre mot de ma vie, ou rien d’autre n’avait d’importance à part les couleurs, la chaleur qu’émanait au moment de cette fête. Et lorsque vient le matin de Noël, j’adore regarder ma fille ouvrir ses cadeaux avec frénésie et pousser des cris de joie ! C’est ça mon véritable cadeau : Cette joie authentique !
Les cadeaux…et leurs véritable sens ?…
Combien de fois ne nous sommes nous pas retrouvés à faire les boutiques à la dernière minute ? Dans le stress, pour trouver le dernier cadeau inutile qui fera bien l’affaire ? D’ailleurs je me demande si la raison pour la quelle nous faisons les courses de Noël au dernier moment, si nous repoussons ce moment le plus longtemps possible, n’est il pas tout simplement parce que ç’est devenue La corvée ? Peut être parce que nous avons déjà tout ce qu’il nous faut et que nous ne savons même plus ce qui ferait plaisir à l’autre. Et nous achetons des cadeaux parce qu’il faut bien aussi en offrir.
Noël, dans ma famille, ça représente beaucoup de cadeaux. Déjà parce que je suis issue d’une famille nombreuse. Lorsque toute ma famille est réunie, il y a 8 petits enfants. Il n’y a plus qu’à faire le calcul…Et chaque année ça me frappe, au moment d’ouvrir les cadeaux, ils déchirent les paquets et passent au suivant en regardant à peine le dernier qui vient d’être ouvert. Et une fois tous déballés, il n’est pas rare d’entendre une petite voix dire :  – Il y aura encore des cadeaux demain ?

koalatété.com-apresnoel2

Où est donc partie la  notion de partage ?

Mon sentiment est que pour moi, les cadeaux perdent de la valeur lorsque qu’on ne prend pas la peine de savoir ce qui ferait vraiment plaisir à l’autre.
Mais en réalité, ce dont a vraiment besoin chaque être humain, c’est d’Amour. Alors oui, je pense sincèrement que pour certains le cadeau est un véritable langage d’amour, mais pour d’autres, il y a d’autres façons de le montrer et de le recevoir.        Un objet que l’on reçoit comme ça, par dessus la jambe, acheté à la va vite, que bien souvent nous n’avons même pas pris la peine d’emballer, perd de son sens. Mais quelque chose qui vient du coeur, quelqu’il soit et qui correspond à la sensibilité de l’autre: et bien cela peut -être juste un baiser, un câlin, un je t’aime, ou quelque chose de fabriqué pour lequel nous aurions passé du temps en pensant à la personne. En fait, je pense que même des choses très simples peuvent avoir plus d’importance qu’un objet acheté à la va vite dans un super marcher parce que c’est comme ça, à Noël. D’ailleurs, c’est peut-être pour cela que l’on fait croire au Père Noël. C’est peut être une façon pour l’adulte de ne pas se sentir concerné par les cadeaux ? Et de fuir ce moment ?  C’est en ça que le père Noël m’amène à me poser des questions sur le sens de cette fête.
Le père Noël…
Lors de son premier Noël, ma fille avait 6 mois. Donc pas encore en âge de croire au père Noël, ça nous laissait un peu de temps pour réfléchir à la question suivante : Allions nous lui faire croire à l’existence du Père Noël ? Parce que, inconsciemment il y avait quelque chose qui me dérangeait là-dedans. Mais je n’arrivais pas encore à mettre des mots dessus. Avec mon compagnon, nous avons finit pas trouver : nous ne voulions tout simplement pas mentir à notre fille… Et je comprends très bien que l’on puisse s’en offusquer ! Le Père Noël est une véritable icône à laquelle il est délicat de s’attaquer. Je pense aussi que c’est vraiment très personnel. Mais moi, je parle ici avec mon vécu. Le jour où j’ai appris la non existence du Père Noël, est gravé dans ma mémoire de petite fille. Et je me souviens m’être dit lorsque je l’ai appris de la bouche d’un autre enfant: – Mais non ce n’est pas possible, maman n’a pas pu me mentir, il existe forcément ! et en même temps, une petite voix me disait mais si on m’a menti…
Et chaque année j’entends ma belle mère dire : – Ah oui, mais quand même, vous lui couper son imagination à votre petite!
Non je ne crois pas ! Prenons l’exemple des fées. Tout le monde sait qu’elles n’existent pas et pourtant petite fille (et encore maintenant), il me plaisait parfois de croire qu’elles pouvaient exister. Et, personne ne m’a fait croire aux fées. Ou encore, lorsque l’on regarde un film, nous savons bien que ce n’est pas la réalité et pourtant cela ne nous empêche pas de rêver au film? Ma fille adore « La Reine des Neiges », elle aime chanter et danser sur la musique, se déguiser en princesse et bien, elle sait déjà très bien faire la différence entre la réalité et la fiction ! Pourquoi ne pas faire de même avec le Père Noël ? Et faire confiance en ma fille ? A la maison nous lisons des histoires de père Noël, nous regardons des films sur le Père Noël. Nous parlons du Père Noël mais pour nous, c’est juste un conte. Et lorsque nous parlons de cadeaux, nous cherchons ensemble ce qui fera plaisir à l’autre et nous le fabriquons ensemble si nous le pouvons. Et je déteste entendre cette phrase : Si tu n’es pas sage le papa Noël ne t’apportera pas de cadeaux ! Je crois que ça se passe de commentaire…
Si je fais croire à ma fille qu’il existe vraiment… A mon sens, et ça n’engage que nous (car je pense que c’est vraiment en fonction de notre propre ressenti), je lui apprends le mensonge, alors que pour elle, à son âge, il est difficile de mettre en doute la parole de ses parents car nous sommes les adultes référents.  D’autre part, je lui apprends aussi que les cadeaux tombent du ciel ? Pourtant pour notre famille, quel meilleur moment que celui de Noël pour lui apprendre la notion de partage et de plaisir. Prendre le temps de faire plaisir aux gens à qui l’on tient… dans un monde qui tourne tellement vite.

Même le sapin de Noël…acheté puis jeté dans la rue dès le lendemain.

koalatété.com-apresnoel3

Mon Noël idéal…?
Un Noël sans jugement car pour moi, c’est ça l’amour. Accepter l’autre comme il est, dans son entier, même s’il a fait des choix de vie différents de la vôtre. C’est ça l’amour inconditionnel non?  Le plus difficile? : ne pas juger, ne pas médire, écouter l’autre sans l’interrompre… (là pour moi, c’est un chalenge :-)). Chaque année j’attends ça… mais ça n’arrive jamais. Alors chaque année je me demande pourquoi je m’impose ça ?
Alors, j’aimerais passer Noël avec des amis qui partagent la même vision de la vie que moi. Ainsi je n’aurais pas besoin de mettre en garde ma fille sur le fait de ne pas dévoiler la non existence du père Noël pour ne pas décevoir les autres enfants ! J’aimerais passer un Noël simple où l’on pourrait manger des pizzas si ça fait plaisir aux enfants. Un noël pas guindé, mal à l’aise dans des vêtements trop serrés, les cheveux tirés en arrière, où l’on doit faire semblant, où on n’a pas le temps de s’écouter parce que nous somme trop nombreux. Enfin un Noël ou nous pourrions être totalement nous même !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *